Max Pam (par) Bernard Plossu (*signé*)

979-109226549-1

Nouveau produit

Présentation de l'éditeur :

"Max Pam, voyageur, hippie, père de famille, mari, drôle, tendre, aventurier ? tout ça. On s’est rencontrés par papier interposé ! Vu des photos de lui dans la revue anglaise Creative Camera, en 1973 ! Et je les ai tellement aimées, elles m’ont paru si différentes de tout ce que j’avais vu sur l’Inde jusque-là, que je lui ai écrit pour l’en féliciter ; je brûlais d’envie de voir qui il était : il m’a répondu, et l’on ne s’est plus jamais quittés, a lifelong friendship, avec des visites à Paris, et même en famille jusqu’à Santa Fe dans les années 1980 !

Sacré Australien ! Parti jeune de son pays attiré immédiatement par l’Inde, il est en plein dans les années de la mouvance hippie !

Traversant depuis Londres le Moyen-Orient via l’Irak, s’arrêtant dans les villes afghanes, on the road, comme quelques années avant Nicolas Bouvier et Marc Riboud l’avaient fait, eux aussi !

Rien à voir avec la route américaine, lui c’est l’Orient. Et surtout, photographe, et quel œil ! Il est libre, aucune obédience, même s’il a lu et admiré Weston ou Diane Arbus. Son truc, si l’on peut dire, sa mission, son destin presque, c’est l’Asie. De l’Inde à la Chine via Bornéo, il est allé partout, déserts, montagnes, neige, gurus, villes, sages et prostituées, misère et tropiques, tout a été son terrain de photographie.

                 --  Bernard Plossu "

NB : Retrouvez un extrait du livre dans l'onglet "Détails".

152 pages - Couverture souple

André Frère Editeur, 2016

Format : 14 x 19 cm

*Signé par Max Pam*

Neuf - Aucun défaut

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

19,50 €

En savoir plus

Extrait du texte du livre :

"Un jour en 1973, je reçois Creative Camera, le meilleur magazine de photo en noir et blanc d’Angleterre, dont s’occupait à cette époque Peter Turner (Peter n’étant pas Pete Turner, le photographe couleur américain photographe souvent montré en France !)
J’ouvre quelques pages et me retrouve face à des images qui me soufflent littéralement : enfin quelque chose de totalement nouveau, de totalement sauvage, terriblement différent ! Bref, sauvage.

Des formats carrés contemporains, représentants des hommes indiens (d’Inde) : c’était une approche nouvelle et originale de la photographie. Je n’avais jamais vu pareille chose ! Ces photos n’avaient pas de « père », pas de Robert Frank ou d’Henri Cartier-Bresson, mais tout de suite j’y ai trouvé une saveur hippie, très excitante.

C’était les meilleures photos que j’ai jamais vues ; cela n’est arrivé que deux fois dans ma vie (l’autre fois fut quand j’ai rencontré, par l’intermédiaire de Lisette Model, le photographe de San Francisco Larry John – lui aussi il m’a soufflé !).

Alors je me suis demandé : c’est qui ce type ? C’est qui ce Max Pam ? Et quel nom génial…

Donc, j’ai écrit à Peter Turner, et une fois que j’ai eu ton adresse, notre correspondance a pu commencer, pour ne jamais s’arrêter.

Alors ma question est la suivante : comment tu as fait pour trouver ton propre style si vite ? Il n’y avait personne qui faisait ce genre de choses à l’époque. Comment tout ça a-t-il commencé ?

Évidemment, tu étais un hippie en voyage ! Mais peux-tu expliquer le choix de ce format, pourquoi ces personnes plutôt que les clichés habituels de l’Inde qu’on nous sert ?

Dis-moi – dis-nous ! – comment tout a commencé. Les voyages, le format, le sentiment de « non-reportage », le choix de ce sens de l’humour qui caractérise vraiment tes photos ?

Quelle est la clé de tout cela ? Que faisais-tu avant ? Le « danseur arc-en-ciel » est le chef-d’œuvre de toutes les images de la génération hippie, c’est certain !

C’est vrai que ce travail n’avait pas de père, mais il avait une mère, sans aucun doute : Diane Arbus. Ensuite, il y a aussi ce choix spécifique de la caméra au format carré, le Hasselblad. J’ai adoré cet appareil photo pendant de nombreuses années.

Après avoir échoué au lycée il fallait que j’obtienne un emploi et je savais que je voulais être photographe. J’aimais l’idée d’être photographe. Il y avait, à l’époque dans les années 1960, un attrait un peu louche pour ce métier. Cette forme d’art avait des liens directs avec les héros de la nouvelle culture de la jeunesse. David Bailey, en particulier, était l’illustration même de ce que je voulais devenir en tant que photographe. Ce n’était pas une question de photographies, je n’étais pas client de ses singeries de Richard Avedon. C’était sa vie que je voulais, le genre de vie que la photographie pouvait offrir.

Donc je suis parvenu à trouver un emploi pour travailler comme grouillot de chambre noire et assistant de studio pour un photographe de mode à Melbourne appelé Stan. C’est de là que je tire mon fétichisme pour le Hasselblad – ce morceau d’acier suédois super cher et ses objectifs Carl Zeiss encore plus chers. Cet appareil avait une beauté sculpturale certaine, comme un petit temple d’argent en boîte que je chargeais de pellicule Ektacolor pour Stan. Stan l’utilisait pour tout son travail de mode. Les astronautes l’utilisaient sur la lune…"

  • Aperçu rapide
    59,00 € Rupture de stock

    .Stock épuisé.Présentation de l'éditeur : "Atlas Monographs is a compression of eight travel journals, beginning with Pam’s most recent work (Karakoram 2006) and shifting back through the decades to his first journals begun in 1970. The journals map, through text, photo and marks on paper his engagement with the cultures he has travelled through. Just as...

    59,00 €
    Ajouter au panier
    Rupture de stock
  • .Exemplaire vendu.Exemplaire en excellent état du grand classique de Max Pam, listé dans "Le Livre de photographies : une histoire volume II" de Martin Parr et Gerry Badger.Livre en parfait état, hors de très légères traces sombres sur la tranche. Intérieur nickel. Jaquette rempliée en excellent état également, avec quelques imperfections (on ne peut pas...

  • .Stock épuisé.Présentation de l'éditeur : "Narcolepsy radically delivers a process that shakes-up the form of the book to produce the art as book and the book as art. The book is a fully realised graphic vehicle. The ways in which the book operates as a series of closures and openings, also parallels the content of the book and amplifies it as an...

  • Aperçu rapide
    32,00 € Rupture de stock

    Présentation de l'éditeur : "Ce livret est le premier d’une série de douze qui nous ouvre l’espace des traversées de A, de son parcours physique à travers ses errances, ses dérives, ses avancées tendues, ses rencontres. Ils paraîtront au fil des cinq prochaines années, dans une rythmicité soutenue. La forme, si elle peut surprendre d’abord, file le...

    32,00 €
    Ajouter au panier
    Rupture de stock
  • Aperçu rapide
    45,00 € Rupture de stock

    .Actuellement indisponible.Présentation de l'éditeur : "Dans le prolongement de l’exposition Anticorps d’Antoine d’Agata qui s’est tenue au BAL (janvier-mars 2013), les coordinatrices d’Actes, une présence politique, en collaboration avec le photographe, ont voulu poursuivre l’intention de l’exposition qui était de faire valoir la dimension politique –...

    45,00 €
    Ajouter au panier
    Rupture de stock
  • Aperçu rapide
    78,00 € Disponible

    Présentation de l'éditeur : "Les images de AiTHŌ ont été réalisées en 2014 à la Villa Don Arcangelo all’Olmo (territorio di Carruba di Riposto), sur les versants de l’Etna."Textes de Leopoldo Maria Panero et José Águedo Olivares.104 pages - Couverture rigide André Frère Editions, 2015 (300 ex.) *Signé* Neuf - Aucun défaut

    78,00 €
    Disponible